Auteur : Hervé Robillard

Extrait du vidéogramme Latence / Résidence d’artiste MAC de Sallaumines / 2007-2008 Vidéo / Laboratoire Hervé Robillard autour du vidéogramme Latence / MAC de Sallaumines – 2008

2006 Collections publiques / Bibliothèque Nationale de France / Paris 2006 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2005 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 11x 11 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2017 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Formats variables : 11 x 11 cm – 16,5 x 16,5 cm – 24,5 x 24,5 cm / 10 ou 15 exemplaires selon les formats, numérotés et signés Collections publiques / Musée de la pêche / Concarneau – 2017

Eléments introductifs Comment (s’) engager (dans) une recherche ? La formule célèbre de Pierre Soulages c’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche pourrait dépeindre l’état d’esprit dans lequel j’étais à mes débuts : il importait avant tout de me poser la question de ce qui m’animait au plus profond de moi-même avant de me lancer et de définir à partir de quoi m’engager, vers où tenter d’aller et dans quel but… En ce sens, mon entrée en photographie résulte d’une impulsion, d’une amorce et non pas d’un point de départ. Intuitivement, c’est une espèce de flux continu de la vie qui m’a mis en mouvement et non pas un projet défini par des tenants et des aboutissants. Inconsciemment s’est mise en place -de manière silencieuse- une attirance orientée davantage vers une pensée asiatique que vers une pensée grecque d’où résulte notre héritage philosophique occidental très fortement ancré dans la dimension de l’être. Me tourner vers un ailleurs marquait déjà un premier pas de côté. Très vite s’est imposée à moi la nécessité d’un désencombrement, d’un déconditionnement, ce qui m’a permis de pénétrer autrement le monde sensible et de saisir l’écart qui s’ouvrait, animé que j’étais déjà dans une posture d’être au monde et non pas face au monde. Ce changement de perspective m’a alors conduit à une rupture qui consiste à ne pas se saisir de l’image, et à se laisser plutôt saisir par elle : donc à se laisser dessaisir de son savoir sur elle (1). De ce premier constat, il m’importait de pouvoir laisser se développer les premiers pas de ma recherche sans me laisser guider -voire entraver- par les diktats de l’Art contemporain. Comment tenter de faire valoir ce qui m’animait dans ma recherche en faisant l’impasse d’un discours sur lequel s’appuie le modèle occidental ? Comme si ce qui se donne à voir d’une oeuvre sensible/intelligible dans tout son manifesté n’était pas suffisant pour la faire exister et qu’il faille nécessairement recourir à une assise conceptuelle pour la justifier et lui donner une légitimité. Entrer en photographie signifiait d’emblée pour moi l’introduction d’un écart vis à vis de ces inféodations tacites. Conquérir ma liberté effective, impliquait nécessairement de sortir de cette adéquation-adaptation au monde. Exister ne pouvait donc avoir lieu que par dé-coïncidence. Ces premiers jalons étant posés, la question restait entière quant à la possibilité d’émergence d’une oeuvre différente au sein du paysage artistique occidental, fortement préoccupé -pour ne pas dire accaparé- par ce sentiment de conformité qu’il entretient avec les problèmes de société. Comment deux individus de culture et de langue différentes peuvent-ils entrer en communication ? Comment un individu -dont la configuration mentale développée à partir d’une logique rationnelle reposant sur des idées et des concepts- peut-il dialoguer avec un individu dont l’approche du monde passe par du sensible-intelligible, faisant appel à d’autres canaux et requérant par là-même d’autres qualités ? L’insolubilité de la question est d’autant plus vive qu’elle se situe bien au-delà de la différence marquée de chaque individu quant à la culture d’origine à laquelle il appartient où plutôt de laquelle il est issu. Bien que chacun ait pu développer en lui des champs de connaissance ou des aptitudes, aborder une même oeuvre par exemple ne générera pas la même approche, ne produira pas la même réaction, le même ressenti. Qui de nos jours serait à même de profiter pleinement en Occident de la profondeur d’une peinture chinoise de paysage ? Combien seraient à même de crier haut et fort que c’est plat, qu’il ne s’y passe rien ? Les mots ne peuvent remplacer la perception, ni se substituer à l’éveil. Comment – dans une tentative d’approche du monde la plus ouverte possible- ne pas accepter résolument de se soustraire à qu’est ce que je ne vois pas dans ce que je vois ? Cette question devrait accompagner chacun de nos regard (2). Et si l’intériorité ne s’apprend pas, cultiver la voie du Tao est susceptible de nous faire accéder à d’autres niveaux de perception, à condition de libérer en nous cet espace qui lui permette de se déployer. Fort de ce constat, je me pose néanmoins la question depuis des années de trouver un passage qui me permette -sans altérer ni chercher à justifier les fondements de ma recherche- de pointer quelques pistes, susceptibles de conduire à une meilleure approche de ma photographie. En ce sens, la rencontre avec la pensée du philosophe François Jullien (3) s’est offerte à moi comme une chance, une ressource : je me suis enfin décidé à m’engager sur ce périlleux chemin de la mise en mots de quelques lignes de force, de la formulation de quelques idées qui m’animent depuis toujours et ont conduit de manière sous-jacente à la mise en chantier de ma recherche photographique. Ainsi, cette tentative…

2016 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Formats variables : 11 x 11 cm – 16,5 x 16,5 cm – 24,5 x 24,5 cm/ 10 ou 15 exemplaires selon les formats, numérotés et signés Collections publiques / Musée des cordeliers / Saint-Jean d’Angély – 2016

2015 Tirages argentique réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 24,5 x 24,5 cm / 10 exemplaires numérotés et signés Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 11 x 11 cm / 10 exemplaires numérotés et signés Collections publiques / Musée de l’Hôtel Sandelin / Saint-Omer – 2015 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 24,5 x 24,5 cm / 10 exemplaires numérotés et signés Collections publiques / Musée de l’Hôtel Sandelin / Saint-Omer – 2015 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 11 x 11 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2014 Série de 8 photographies / Collections publiques / Musée le COMPA / Chartres – 2014 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard / Format 24,5 x 24,5 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2013 Collections publiques / Musée de Boulogne-sur-Mer – 2013 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 24,5 x 24,5 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2009 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2010 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 24,5 x 24,5 cm / 10 exemplaires numérotés et signés Photographies dans les collections publiques Collections publiques / Bibliothèque Municipale de Lille – 2010 Collections publiques / Musée des Beaux-Arts de Calais – 2010

2011 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 24,5 x 24,5 cm / 10 exemplaires numérotés et signés Hervé Robillard ses passerelles d’intimité Animiste du dedans, aventurier de la traque et de la trace, Hervé Robillard relie les extrêmes du monde. Une feuille épouse ses confins, un talisman prend tous les miroirs du visible à son compte, et les affres de la durée font territoire ténu et sidérant. Des trous d’opacité sombrent dans l’étendue, les limites broient du noir, et l’indicible croît. Une pâle lumière, mine de rien, ensemence une frêle immensité. Feuille de vie déchirée de durée, au creux de tous les visages, contre toutes les disparitions, dit sans fin les fins de l’humanité. La mémoire aux gestes pâles a posé des ailes d’oubli sur des dentelles de chair, et déchiqueté, le périmètre de l’âme a largué les amarres. Les ombres du masque indéfini sont les figures de nos ombres. Hervé Robillard navigue à travers les verrous de l’intimité. Christian Noorbergen 2013

2011 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2011 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 24,5 x 24,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2007 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2017 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2007 Collections publiques / Bibliothèque Nationale de France / Paris – 2007 Série de 10 photographies / Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2006 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 11 x 11 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2001 – 2005 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Formats 11 x 11 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2006 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2006 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2005 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 11 x 11 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2005 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 11 x 11 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2005 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 11 x 11 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2005 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 11 x 11 cm / 10 exemplaires numérotés et signés

2008 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm /15 exemplaires numérotés et signés

Résidence d’artiste / MAC de Sallaumines 2008 Collections publiques / MAC de Sallaumines – 2008 Le projet consiste d’abord à mettre en glace des fruits et légumes entiers ou découpés. User de la matière végétale, de sa forme mais aussi de sa chair, de sa substance, de sa couleur pour composer -mu par les profondeurs de l’inconscient- un tableau dont les motifs sont figés, emprisonnés dans la glace. Il s’agit ensuite de déposer cette matrice fossilisée dans un milieu ambiant plus chaud -l’espace de l’atelier- et d’observer la moindre réaction des corps en présence dans la lumière depuis le le moment de la prise en glace jusqu’au stade ultime du délitement. L’élaboration du bloc de glace s’assimile à la fabrication d’une image dont le lent processus de fonte va engendrer une mouvance d’états successifs, dégageant une vision sans cesse renouvelée à partir des mêmes éléments. Le temps fait et défait l’image… Les réactions purement physiques -craquelures de la glace au contact de la chaleur, opacité et transparence des corps dans la lumière naturelle changeante- nous plongent au coeur d’un micro-monde fluctuant où la non-maîtrise de certains phénomènes entretient une large part de mystère et d’inconnu propres à soutenir une excitation visuelle continue..La photographie intervient dans l’intervalle de ce processus pour fixer des images. Le moment de cette saisie n’est pas dicté par un dispositif préétabli qui consiste à opérer d’une manière régulière et décidée par avance. Il a lieu sous l’impulsion soudaine liée à un état psychique particulier provoqué par les métamorphoses successives de ce qui advient là dans le déroulement de l’expérimentation. Il s’agit de se mettre en situation de vivre une aventure perceptive extrême qui vise à fusionner sujet et objet, à rétablir une unité et par là-même à réhabiliter toute la puissance de l’intuition (1).De façon ultime, cette expérience tente de dégager une posture d’être au monde qui puisse questionner d’une manière nouvelle et concomitante la notion d’image et de regard. (1) « Les transitions vers une nouvelle fertilité de l’esprit viennent d’une plongée dans les profondeurs de l’intuition ». Alfred North Whitehead, Adventures of ideas, 1933 / trad. J-M. Breuvart et A. Parmentier, Editions du Cerf, Paris, 1933 La pratique photographique d’Hervé Robillard est classique. Il utilise un appareil argentique, réalise lui-même ses tirages, ne manipule pas le négatif et ne les recadre pas. Pourtant son travail sur la lumière et la matière ouvre la photographie à d’autres techniques et univers, ceux de la gravure, du vitrail ou de l’aquarelle et sème le trouble. Dans la série Latence, il immobilise des fruits et légumes dans de la glace devant une source de lumière naturelle, positionne son objectif à quelques dizaines de centimètres, contrôle les 7 valeurs de gris qu’il a « étalonnées » et développe ses photographies en série. La fonte de la glace et les transformations qu’elle engendre sont ainsi mémorisées. La présentation sérielle traduit cette prise du temps juxtaposant certaines étapes de la métamorphose. Les séries Cosmos et Twilight interrogent le support papier et les effets de transparence et d’opacité. La feuille de papier est déchirée, découpée, collée, retournée, superposée et appliquée sur un calque avant d’être photographiée. L’image mystérieuse révèle la démarche d’Hervé Robillard : appréhender l’essence de la photographie. La récurrence de certaines formes simples et symboliquement fortes, l’universalité des éléments, la modestie du format rendent compte de préoccupations à la fois conceptuelles mais aussi spirituelles de l’art. Barbara FOREST, Conservatrice du Musée des Beaux-Arts de Calais / 2011 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2008 Photographie argentique réalisée par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / Série Shell – 2006 Jules Gosselet (1832 – 1916), professeur de géologie et de minéralogie à la Faculté des Sciences de Lille. Epreuve sur papier 22,5 x 17 cm. Fonds Lefebvre 5, 64.

2008 Oeuvres photographiques / Hervé Robillard Collections / Bibliothèque Municipale de Lille Photographie argentique réalisée par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / Série Vanity – 2006 Les membres de la Société des Sciences de Lille en 1902 : MM Jules Finot, Hippolyte Verly, Edouard Agache-Kuhlmann, Charles Vandenbergh, Carlos Batteur, Alfred Mongy, Frédéric Lecocq, Léon Demartres, Albert Petot, Henri Rigaux, Jules Péroche, B.C. Damien, Louis Quarré-Reybourbon, Fernand Danchin, Edmond Faucheur, Henri Folet, Paul Pannier, Léon Lefebvre, Louis Vallas, Auguste Mourcou, Auguste Fauchille, Pharaon De Winter / 1902. Epreuve sur papier. 18,3 x 26,9 cm. Fonds Lefebvre 6, 127-1.

Ice

2006 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés

2011 Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard / Format 16,5 x 16,5 cm /15 exemplaires numérotés et signés

2019 Oeuvres photographiques / Hervé Robillard Collections / Musée de Laval Photographie argentique réalisée par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / Série Ice – 2006 / Tirage 3/15 Motif en marbre : scarabée / Chine / N° d’inventaire : 93.196.2

Résidence d’artiste Le COMPA / Chartres 2014 Transfiguration d’un ensemble de socs de charrues Tirages argentiques réalisés par Hervé Robillard / Format 24,5 x 24,5 cm / 10 exemplaires numérotés et signés Mon projet photographique Premiers labours… est né et s’est construit au sein même des réserves du COMPA. Dans ce lieu chargé de mémoire, j’ai d’abord été confronté à une riche collection de machines et d’outils agricoles qui m’a fasciné. Après une phase de décantation visuelle, mon attention s’est focalisée sur un ensemble de charrues. Je décidais alors de disposer tour à tour chaque pièce sur un socle… Le hangar -dans son épaisseur de silence où filtrait une lumière naturelle diffuse- se transformait en un immense atelier éphémère, espèce de boîte à lumière assimilée à une fabrique à images à partir de laquelle je pouvais désormais opérer… De la fécondité de la terre rendue possible par le labour, il me fallait maintenant cultiver la fertilité du regard à partir de cet instrument qu’incarne la charrue; et c’est de l’alchimie qui s’est opérée entre la matière et la lumière que sont apparues des formes visuelles surprenantes faisant basculer dans l’imaginaire: changement de perspective donc où ces sculptures de métal se métamorphosaient soudain en créatures fantastiques nées de l’imagerie mystérieuse et étrange des bestiaires.

Tirage argentique réalisé par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / 15 exemplaires numérotés et signés En contemplation devant l’auto-chenille en rotation sur son socle, la vision soudaine d’un fragment de carrosserie m’est apparue, libérant la puissance de l’imaginaire lié au voyage et à la découverte : cartographie, vue d’avion… Traversé par d’autres voies de réflexion et de perception en lien direct avec ce véhicule mythique des frères Citroën, j’ai donc réalisé cette abstraction photographique qui -outre sa dimension plastique en résonance avec la peinture- fait ici sens autrement.

2019 Oeuvres photographiques / Hervé Robillard Collections / Musée de Laval Photographie argentique réalisée par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / Série Curiosités en éveil – 2015 / Tirage 1/15 : Collections publiques / Musée de l’Hôtel Sandelin / Saint-Omer – 2015 Brûle-parfum en bronze / Chine / Numéro d’inventaire : 6025 (1)(2)

2019 Oeuvres photographiques / Hervé Robillard Collections / Musée de Laval Photographie argentique réalisée par Hervé Robillard sur papier mat / Format 24,5 x 24,5 cm / Série La forme revisitée – 2013 / Tirage 1/10 Moulage ethnographique

2019 Oeuvres photographiques / Hervé Robillard Collections / Musée de Laval Photographie argentique réalisée par Hervé Robillard sur papier mat / Format 16,5 x 16,5 cm / Série Garlic – 2007 / Tirage 2/15 Cachet d’impression en bois / Chine / Caractères transcrits : medical doctor adresse / N° d’inventaire : 2503

2019 Oeuvres photographiques / Hervé Robillard Collections / Musée de Laval Photographie argentique réalisée par Hervé Robillard sur papier mat / Format 24,5 x 24, 5 cm / Série Transfiguration – 2010 / Tirage 1/10 : Collections publiques / Musée La Piscine / Roubaix – 2010 Dessin / Japon / N° d’inventaire : MEP 94.1.15